Quel thérapeute je suis, et pour qui ?

Quel thérapeute je suis, et pour qui ?

La psychothérapie, c’est avant tout une relation humaine, des rencontres qui mènent à consacrer sa vie professionnelle à l’écoute d’autrui.

Face à notre système qui se durcit, isole les sujets et les rend anonymes, alors que nous sommes des êtres de lien, j’ai pu constater autour de moi, combien certaines épreuves de la vie pouvaient faire souffrir psychologiquement et combien il pouvait être difficile d’y faire face seul.
J’ai observé des situations offrant peu de perspectives, des sensations d’incompétence, d’inadéquation, de mal être.

L’envie de donner du sens, de changer mon regard sur les situations de stress en entreprise ou dans la vie de tous les jours, ma vocation pour la communication, ont développé mon intérêt pour les métiers de la relation d’aide psychologique.

J’aime l’aspect humain, spontané, créatif du métier de psychopraticien; parce que dans la relation thérapeutique, nous ne sommes pas dans le cadre d’une relation sociale ordinaire, ni dans un échange « classique », mais dans un lien avec notre client lui permettant d’accéder à un savoir sur lui-même.

Je pense que le lien empathique qui se noue entre le thérapeute et son patient est aussi  le moteur du travail.

C’est pourquoi j’ai choisi de travailler avec mon empathie, ma vocation, de créer un climat de confiance et d’épanouissement, d’aider mes futurs patients, avec patience et conscience à déchiffrer le fil de leur histoire personnelle.

L’empathie est une qualité importante de l’écoute active et authentique en psychothérapie.

C’est un concept central dans toute relation d’aide et la position psychologique de base de l’écoutant.

La psychothérapie, c’est avant tout une relation humaine, des rencontres qui mènent à consacrer sa vie professionnelle à l’écoute d’autrui.

Dans la relation thérapeutique, nous ne sommes pas dans le cadre d’une relation sociale ordinaire, ni dans un échange « classique », mais dans un lien avec la personne, lui permettant d’accéder à un savoir sur lui-même.
Le lien empathique qui se noue entre le thérapeute et son patient est aussi le moteur du travail.
C’est un concept central dans toute relation d’aide, et la position psychologique de base de l’écoutant.